Sœurs Ursulines de la Sainte Famille

SUORE ORSOLINE DELLA SACRA FAMIGLIA

Maison Jean XXIII  -  17 rue Borgo  - 20137 Porto-Vecchio
Tel / Fax : 04 95 70 10 77

soeursursulines@orange.fr

“I gigli della montagna”:    Sr Lucia ELIA,    Sr Concetta SAMPIERI, Sr Giuseppina IPPOLITO


              A l'occasion du  pélerinage à Rome, en Fevrier 2008, l'abbé Frederic CONSTANT  fait part de sa volonté d'avoir dans sa paroisse une  communauté religieuse...

                 Le 21 octobre 2008, jour de la  Sainte Ursule, les  Soeurs Ursulines de la Sainte Famille s'installent à Porto-vecchio.

 

Mais qui sont elles?
Bref historique de l'ordre :

     Sainte  Angèle Merici nait en 1474 à Desenzano dans le nord de l'italie. En 1535 elle fonde la Compagnie de Sainte-Ursule à Brescia,  pour l'instruction, l'éducation et la protection des jeunes filles. Bien qu'à ce moment elle ne soit pas une institution religieuse, la Compagnie recrute des femmes qui prononcent le voeu de chasteté et qui vivent ensemble en famille;

             A une époque où, pour la femme, il n'y avait que deux voies « un mari ou des murailles » Angèle Merici ouvre toute large une autre porte: celle de la consécration vécue dans le monde, les Vierges restent dans leur famille, avec promesse ou voeu privé de Virginité : «puisqu'ellessont élues, vraies et virginales épouses de Jésus-Christ». L'entrée dans la Compagnie se fera «joyeusement et librement».

La « Règle authentique », a été dictée par  Angèle en 1535, approuvée par l'Evêque de Brescia en 1536, puis par Bulle du Pape Paul III en 1544.
Cette compagnie n'a pas de but spécifique : « Dieu vous a groupées pour servir la divine majesté »..

Ces fondations, qui ont divers statuts canoniques, se perpétuent sous forme de monastères et de congrégations. Elles se réclament toutes de la fondatrice et portent le nom d'Ursulines.

Sainte Ursule est une vierge et martyre du VI ème siècle. Elle était très populaire au Moyen Age et à la Renaissance, Angèle l'a choisie comme patronne pour l'Institut qu'elle fondait, modèle du don de sa vie au Christ jusqu'à la mort et guide pour les jeunes filles qui l'accompagnaient...

En 1540, le 27 janvier : mort d'Angèle. Elle laisse à la Compagnie : sa Règle, ses Avis, son Testament, et surtout son exemple.

 

 

DE LA COMPAGNIE DE SAINTE URSULE....                         

               ... A LA CONGREGATION DES SOEURS URSULINES DE LA SAINTE FAMILLE

La Congrégation est née le 2 février 1908 à Monterosso Almo (RG) sous l’inspiration de Soeur Rosa Roccuzzo.
Mère Arcangela Salerno, qui a donné à la Congrégation sa forme spécifique et qui est devenue sa première Mère Générale, est considérée comme la fondatrice. La Congrégation a été reconnue de droit pontifical le 20 mai 1971. Les Constitutions ont été approuvées le 10 novembre 1979 et sont actuellement en cours de révision.

L’Institut réalise sa vocation par son dévouement au service de l’Eglise, pour le bien et le salut du prochain, dans des oeuvres d'évangélisation, d’éducation, d’assistance sous toutes ses formes, au niveau spirituel ou temporel, selon les exigences des temps et des lieux.

A l’origine, l’inspiration qui a donné naissance dans l’Eglise à la Congrégation des Soeurs Ursulines de la Sainte Famille a germé dans le coeur de Rosa Roccuzzo (1882- 1956), simple jeune fille sicilienne de Monterosso Almo (RG). Toute sa vie  est marquée par une vie intérieure intense et un service inlassable aupres des pauvres qui l’entourent. Selon un témoin direct, « Elle voyait, en parcourant le pays du regard, des enfants privés  d’instruction chrétienne, des pauvres manquant du nécessaire, des malades sans assistance. Tous les matins, elle allait à la Messe et priait le Seigneur de l’aider à faire un peu de bien… ».
Avec une énergie intérieure exceptionnelle, Rosa réussit à engager d’autres jeunes filles, l’une après l’autre, dans ses activités caritatives :
Giovanna Giaquinta (1884-1934), les deux soeurs Cristina Inzinga(1876-1946) et Giuseppa  Inzinga(1878-1976) , et Arcangela Salerno (1884-1967). Cette dernière, en raisonde ses dons innés, devient la première Mère Générale de la Congrégation.

Alorsque le service des pauvres absorbe toujours davantage les pensées et les énergies des cinq jeunes femmes, Rosa, qui a pris conscience d’un projet audacieux en train de mûrir en son coeur le leur partage : donner stabilité à leur service d’amour compatissant, en formant une nouvelle famille religieuse à Monterosso Almo. Le 2 février 1908, une fois surmontées les réticences des familles et des connaissances, les cinq jeunes filles choisissent de vivre sous le même toit, sous la direction paternelle du curé du pays, le Père Carmelo Giaquinta (1862-1937), afin de donner une forme concrète et stable à leur idéal de sainteté. La maison leur est offerte par une dame fortunée du pays.


L’insertion de la nouvelle congrégation dans le grand arbre de la famille de Sainte Angèle Merici est une étape importante, effectuée sous la direction compétente de
l’Archevêque de Syracuse, Mgr Luigi Bignami (1862-1919). Il a toujours été paternellement proche des cinq femmes, les appelant « les lys de la montagne ». . En mai 1912, Mgr Bignami leur demande de participer à des exercices spirituels donnés aux Ursulines des Familles, à Palerme, pour assurer une spiritualité robuste à leur idéal simple et généreux. Cette expérience constitue une étape fondamentale dans l’évolution de l’oeuvre, car le groupe reconnaît en Sainte Angèle Merici, une vraie mère spirituelle, dont elles veulent suivre l’enseignement.

Elles deviennent alors des Ursulines, mais à la différence des Ursulines des Familles, elles sont congrégées par fidélité à leur inspiration originelle. Les journées de la première communauté sont bien remplies par la prière, la présence auprès des pauvres, des travaux pour gagner leur vie et venir en aide à ceux qu’elles assistent.
Tout est vécu dans l’esprit et sous le patronage de la Sainte Famille de Nazareth, qu’elles invoquent tous les jours dans une prière : «
Jésus, Joseph et Marie, soyez au milieu de nous ; ainsi, la spiritualité de notre famille ressemblera à celle de Nazareth : une maison de paix, de prière continuelle, d’humble obéissance et de parfaite charité… »  L’esprit de cette prière a tellement marqué la manière de sentir et de vivre de cette première communauté, que celle-ci se distingue à un titre particulier des autres Ursulines répandues à travers la monde. La nouvelle famille religieuse est érigée canoniquement le 10 novembre 1915, sous le titre de «Congrégation des Soeurs Ursulines de la Sainte Famille ».

Quelques années plus tard, en 1923, Mère Arcangela Salerno est sollicitée par le nouvel Archevêque de Syracuse, Mgr Giacomo Carabelle (1886-1932), d’entreprendre une mission ursuline dans sa propre cité épiscopale. Ce nouveau siège devient un centre de rayonnement pour de plus amples missions, et, surtout, un lieu où mûrit avec plus de clarté la prise de conscience de la mission ecclésiale des Ursulines de la Sainte Famille.

L’Archevêque de Syracuse leur donne le mandat explicite de se pencher sur un autre genre de pauvreté,  moins  apparent,  mais plus radical et plus  insidieux, qui  oblige  à  former  par  l’education. L’école devient donc l’apostolat prioritaire de la Congrégation, qui cherche à unir l’attention à la dignité et au développement de toute la personne dans un style mericien, à la prise de conscience qu’un savoir humain illuminé par la foi peutse transformer en sagesse pour la vie. A la fin des années ‘60, la congrégation est présente en huit diocèses d’Italie et au Brésil.

Aujourd’hui

Pour répondre aux changements du monde actuel, la Congrégation, fidèle à son charisme de fondation, se dévoue non seulement dans des écoles, mais aussi dans des foyers d’étudiantes, dans la catéchèse et la pastorale paroissiale, dans des oeuvres de formation humaine et d’assistance. Elle reste fidèle à son objectif : la formation intégrale de la personne, en particulier des jeunes et des enfants.

Elle cherche les aider à découvrir le projet originel de Dieu, Père de toute l’humanité. A partir du Jubilé de l’an 2000, en réponse à un appel de l’Eglise en faveur de l’accueil de pèlerins, la Congrégation a ouvert des centres de vacances, comme un moyen parmi d’autres, de se rendre proche de ceux qui ont besoin de repos et de se refaire physiquement et spirituellement.    Angèle  Merici     dit dans son   7ième   Avis :  « Suivez l’ancienne voie et usage de l’Eglise, établis et confirmés par tant de Saints sous l’inspiration du Saint-Esprit ; et menez une vie nouvelle ».

La congrégation compte aujourd’hui 90 soeurs, réparties en  communautés en Italie,  au Brésil et en Corse à Porto-Vecchio .

La congrégation doit affronter les difficultés typiques de notre époque : nombre décroissant de soeurs, âge avancé, (ce qui est une source de grande richesse spirituelle mais aussi un signe de la diminution des forces physiques), difficulté de gérer de grandes écoles avec un petit nombre d’élèves et de proposer son propre projet éducatif à une société qui souvent recherche les écoles et les foyers universitaires catholiques  plus  par  commodité  que par  désir  d’une  formation  axée   sur l’Evangile.

>>>>>>Visitez le site de la congrégation en cliquant   >>>>>     ICI